Quality time

Daan Bakker, 2017, Pays-Bas, DCP, VOstFR, 85', 16/16 ans

ME, JE 20:30 | SA, DI 17:00 & 20:30

Description

En matière de cinéma qui fait plisser puis écarquiller les yeux, Quality Time du Néerlandais Daan Bakker (lire notre entretien) se pose là. Ce premier long métrage primé en début d'année au Festival de Rotterdam fait sa première française cette semaine à la Roche-sur-Yon : un trait d'union évident entre deux manifestations qui ont à cœur de défendre un cinéma aventureux et qui ne proposent pas que des pantoufles à leurs spectateurs. Quality Time est annoncé comme un film en cinq parties - ce n'est pas une façon de parler puisque des segments bien distincts composent le long métrage, distincts formellement comme narrativement : de l'animation ultra-minimaliste, de la SF en noir et blanc, du récit réaliste et absurde, de l'abstraction à la fois clinique et émouvante...

Il y a dans Quality Time un sens de l'absurde porté au rang d'art, à l'image de ce segment pointilliste où l'on cause lait et jambon. Daan Bakker joue avec les ruptures de ton et la surprise, déroute le public entre une partie où l'action est filmée par une caméra très éloignée, avec une précision géométrique, où lorsqu'un protagoniste, looké comme un membre de I'm From Barcelona, est filmé face caméra pour se confesser. Le jeune cinéaste explore les différents possibles de la narration, quitte à nous perdre - puis nous rattraper. Est-ce une rêverie ? Est-ce un jeu ? Est-ce un cosplay ? On ouvre avec Quality Time une boite qui pose plein de questions et qui a une façon assez ludique d'y répondre - ou de nous laisser en plan de manière surréaliste, à l'image d'une dernière image totalement WTF. – Nicolas Bardot (Filmdeculte)