Cells

Wil Mathijs, 2013, 90', 16/16

Précédé de Festin

18:30

Plus d'informations

Wed 19 Nov

18:30

Thu 20 Nov

Fri 21 Nov

18:30

Sat 22 Nov

Sun 23 Nov

20:45

Wed 26 Nov

18:30

Thu 27 Nov

20:45

Fri 28 Nov

Sat 29 Nov

Sun 30 Nov

16:00

* AVANT PREMIèRE

Cells

Wil Mathijs, 2013, Belgique, documentaire, HD, couleur, version originale flamande sous-titrée français, 90', 16/16

«Adoucir la mort, et la rendre romantique», c’est en ces mots que certains aiment à traduire le travail de Martin Uit Bogaard, bio-artiste qui de corps végétaux, animaux ou humains, qu’il isole de leur processus de décomposition, capte et traduit en sons et images l’expression d’une forme de vie générée par ce qu’il est de coutume d’apposer comme son contraire. Tutoyant les limites, Uit Bogaard cherche au long de «Cells» à concrétiser ses recherches par l’exposition à terme de son propre corps, intention plastique d’une part, et transgression d’un malaise contemporain d’une autre. Wil Mathijs sublime à son tour, par l’image, les corps inertes auxquels est ici rendue une justice brute et parfois dérangeante, en immersion frontale dans un fascinant tabou occidental. «Cells» contemple et confronte, brusque, amuse et interroge tant notre propre mortalité que la démarche individuelle d’un artiste qui se joue de ses codes.

Festin

Avant Programme

Wojtek Doroszuk, 2013, France, HD, couleur, sans paroles, 20', 16/16

En parallèle aux représentations de corps inertes de toutes natures figurées dans «Cells», c’est aux natures mortes au sens strict que par clin d’oeil et saccage «Festin» s’attaque et rend hommage. Qualifié de «vision sophistiquée de la fin du monde» par le Musée d’Art Moderne de Varsovie, «Festin» offre sa toile de fond en pâture progressive à des intrus invités par l’opulence, dont l’ordre et le prestige se délitent à la mesure d’un bouleversement des hiérarchies en place. «Festin» confronte la bête au cruel, et figure le spectacle d’un carnage innocent sans autre intention que le rétablissement d’un équilibre en pleine chute.

tarifs

Prix plein
16.-
Carte côté courrier / étudiants / AVS / AI / AC
14.-
Membres Belecran
12.-

Field of Dogs

Lech Majewski, 2014, 101', 16/16

Précédé de Beauty

20:45

Plus d'informations

Wed 19 Nov

20:45

Thu 20 Nov

18:15

Fri 21 Nov

20:45

Sat 22 Nov

Sun 23 Nov

16:15

Wed 26 Nov

20:45

Thu 27 Nov

Fri 28 Nov

Sat 29 Nov

16:00

Sun 30 Nov

18:15

* AVANT PREMIèRE

Field of Dogs

Lech Majewski, 2014, Italie/Pologne/Suède, HD, couleur, version originale polonaise et italienne sous-titrée français, 101', 16/16

Paysage surréaliste accidenté déployé à l’ombre de catastrophes aux relents bibliques, «Field of Dogs» transporte «La Divine Comédie» de Dante à travers la Pologne de 2010 pour en proposer une lecture contemporaine ponctuant de tableaux hallucinés la dérive d’un protagoniste principal immergé dans l’absence. Ce sont autant d’incendies, d’inondations, de crash d’avion – celui qui coûta la vie à 96 hauts dignitaires polonais – et d’éruption volcanique qui ancrent le récit dans un réalisme documenté, auquel Adam, poète reconverti en caissier de supermarché, préférera le refuge de visions éblouissantes construites aux tréfonds d’une quête ensommeillée par-delà les enfers. «Field of Dogs» décrit l’errance, décloisonne mythologies et réalités, et dessine ou décompose les outils palliatifs aux cataclysmes de toutes échelles, du divin à l’irréel.

Beauty

Avant Programme

Rino Stefano Tagliafierro, 2014, Italie, animation, HD, couleur, sans paroles, 10', 16/16

Mis en regard avec «Field of Dogs» et sa lecture visionnaire de «La Divine Comédie», «Beauty» appose une autre approche de l’adaptation en travaillant la nature formelle de l’image, animant une succession de près de 120 tableaux de maîtres, qui composent un parcours charnel à travers plusieurs siècles de représentations d’une beauté qui vacille de l’érotisme à la fascination, pour basculer dans la terreur. Faisant corps avec l’émotion dans son expression déclinée au fil des époques, Rino Stefano Tagliafierro revisite le classicisme et confie ici une temporalité aux instants figés par les mémoires. «Beauty» fait également écho au travail de Majewski lui-même, qui en 2011 réalisera «The Mill and The Cross» consacré à la figure du peintre Bruegel, en proposant une immersion totale dans la matière picturale du «Portement de Croix», constituante principale de son décor.

tarifs

Prix plein
16.-
Carte côté courrier / étudiants / AVS / AI / AC
14.-
Membres Belecran
12.-