Soirée L’œil du cyclone

Soirée de trois lectures performées, 60' Le Cran littéraire #30

Entrée à 5.- (prix de soutien à 15.-)

Vendredi 2 novembre à 20:00

Description

Le cri du diable

Daniel Murith
éd. l’Âge d’Homme, 2017
Performance de Pascal Cottin et Florence Schluchter

Le diable crie dans les veines de Camille. Camille est jalousie. Elle cherche en vain celui qui ne la décevra plus et de village en village, de misère en misère, répand son venin. Arrive alors ce jour de foudre où cachés derrière les murs de la grande ville, deux hommes finissent par la retrouver. Après la noirceur de la terre et les profondeurs des tempêtes humaines, la plume vertigineuse de Damien Murith trempe ici dans le poison et achève d'un souffle épique le tragique triptyque que dresse le «Cycle des maudits».

Daniel Murith est né dans le canton de Fribourg, où il vit et enseigne. Son premier roman «Le lune assassinée» a été récompensé en 2013 par quatre prix littéraires, dont le Prix littéraire SPG et le Prix Bibliomedia. Il a été suivi des «Mille veuves» en 2015, puis par le «Cri du diable» en 2018 – trois romans formant le «Cycle des maudits» et parus aux éditions de l’Âge d’Homme. Le dernier opus a fait partie de la sélection du Prix des lecteurs de la Ville de Lausanne 2018.

 

Holy, etc.

Fabienne Radi
éd. art&fiction, 2018
Performance de l’auteure

Dans ce livre on trouve des motifs récurrents comme les culottes, les enterrements, les dentistes et les briques. Il y a des liens de cause à effet entre les pandas et l'eczéma, la décoration et les soins palliatifs. On croise Flannery O'Connor, Allen Ginsberg, Dean Martin, le hippie mort de Paul Thek, et le mari de Ma Sorcière Bien-aimée. Certains apprendront des choses sur le fonctionnement des radiateurs et le bien-être des cochons d'Inde.

Fabienne Radi est née dans le pays qui a inventé le botte-cul et la cuillère en bois (Fribourg) mais vit à Genève. De 2004 à 2010, elle dirige avec Carla Demierre et Izet Sheshivari la revue «Tissu» mélangeant arts plastiques, écriture et autres territoires. Parallèlement, auteure indépendante pour différents supports (revues en ligne, magazines, catalogues, livres d’artistes), elle fabrique des textes, des conférences, des objets, souvent en relation avec la géologie, Roland Barthes et le cinéma, mais pas seulement. Elle a donné un cours sur la représentation du scientifique dans la pop culture de 2010 à 2013 au Collège des Humanités de l’EPFL à Lausanne, et depuis 2008 elle enseigne dans le cadre du Master TRANS à la HEAD.

 

TV Eye

Philippe Testa
Hélice Hélas Éditeur, 2018
Performance de l’auteur, mise en images et musique par Mona Testa

Tiré de la nouvelle «Industrialisé», qui fait partie du recueil «Mâle occidental» paru chez Hélice Hélas, nous assisterons au monologue d'un producteur d'émissions de télé-réalité décrivant son nouveau projet, ceci en alternance avec de séries de captures d'écran de films dont les sous-titres formeront une narration parallèle, étrange et dérangeante, en contraste avec le cynisme du producteur.

Né en 1966 à Sion, Philippe Testa a fait des études de Lettres à l’Université de Lausanne. Après avoir touché à différentes expériences professionnelles, il est depuis une vingtaine d’années enseignant dans un établissement secondaire lausannois. La musique a toujours eu une place importante dans sa vie (piano classique durant son enfance, puis punk-rock dès l’adolescence). Il a arrêté d’en faire depuis plus de cinq ans mais garde de la culture punk qui a baigné son adolescence un regard très critique sur la société en général et les humains en particulier.