Festival du film judiciaire

Projections et débats autour de «Les choses humaines» et «Goliath» Avec le soutien de l’Ordre des avocats vaudois | Réservation

Prix pour un film: 15.- | Prix pour les deux films: 25.-

Samedi 19 novembre dès 16:00

Description

La première édition du Festival du Film Judiciaire, qui propose la projection de deux films, suivis chacun d’un débat en présence de personnalités du milieu politique, judiciaire et cinématographique, est l’occasion d’aborder des sujets d’actualité et de questionner le fonctionnement de la justice ainsi que le travail de ses acteurs, en particulier l’avocat.

16:00 – Première projection

«Diagonale» (2021) est le premier film d’Anne Thorens, comédienne, scénariste et réalisatrice franco-suisse. Il relate l’histoire d’un jeune couple déjà échauffé qui se retrouve au lit. Mais au moment de passer à l’acte, elle réclame un préservatif. Il n’en a pas, ce qui ne freine pas ses ardeurs... Ce court-métrage, tourné en plan séquence, nous fera l’honneur d’introduire notre première thématique avant de plonger dans le vif du sujet avec le premier film.

«Les choses humaines» (2021) de Yvan Attal, avec Charlotte Gainsbourg et Mathieu Kassovitz, raconte l’histoire et le procès d’un jeune homme accusé d’avoir violé une jeune femme. Ce film offre la possibilité de discuter de la répression des atteintes à l’intégrité sexuelle et de la question du consentement, faisant écho à un débat de société brûlant d’actualité.

La projection est suivie d'un débat en présence de Me Yaël Hayat, la Prof. Camille Perrier Depeursinge et la réalisatrice Anne Thorens.

20:00 – Seconde projection

«Goliath» (2022) de Frédéric Tellier, avec Emmanuelle Bercot, Gilles Lellouche et Pierre Niney, décrit le croisement de trois destins. France, professeure de sport le jour, ouvrière la nuit, qui milite activement contre l’usage des pesticides. Patrick, obscur et solitaire avocat parisien, spécialiste en droit environnemental. Mathias, lobbyiste brillant et homme pressé qui défend les intérêts d’un géant de l’agrochimie. A la suite de l’acte radical d’une anonyme, leurs vies vont basculer. Ce film pose la question du rôle de la justice dans la lutte pour la protection de l’environnement.

La projection est suivie d'un débat en présence de Mme Adèle Morerod (Unil, section cinéma), Me Tali Paschoud et la Prof. Suzette Sandoz.